Grafiti

Un symbole pour la paix

Felipe Mato est un habitué du Festival Arte Flamenco. Le public a rendez-vous chaque année avec lui sur l'Esplanade du Midou, et c'est toujours un bonheur de le voir évoluer sur scène. Car le baile de Felipe Mato est impeccable : le placement, les lignes, la musicalité du zapateado, tout y est. Et si sa technique est tellement parfaite, c'est car avant de se consacrer au flamenco, Felipe a aussi été formé en danse classique et espagnole.

Mais dans ce spectacle, le sévillan ne se contente pas de danser, il a surtout voulu faire passer un message fort, un message de non-violence. "Cette idée m'est venue car je suis actuellement un peu en rebellion avec le monde et ce qu'il s'y passe en ce moment" raconte Felipe Mato. Et s'il a choisi le rappeur Haze pour l'accompagner sur scène c'est pour une bonne raison. "Le flamenco et le rap sont des genres musicaux qui revendiquent des idées, c'est pour cela que j'ai fait appel à Haze qui est un rappeur pur et dur. Le message c'est 'arrêtons la guerre, arrêtons la mort'." explique Felipe Mato avant d'ajouter "C'est la première fois que nous travaillons ensemble et cela s'est très bien passé, travailler avec Haze est très agréable.".

Grafiti est donc un spectacle grave, qui évoque la guerre et la mort. Le symbole que les protagonistes graffent à la bombe sur le revêtement blanc posé au sol n'est pas anodin : il s'agit du symbole universel de la paix, le U+262E, qui était à l'origine l'emblème des opposants à l'armement nucléaire. C'est le code Sémaphore, système de communication mis au point par les frères Chappe et utilisé plus tard dans la marine et l'aéronautique, qui aurait inspiré la forme du symbole, ce qui est flagrant lorsque l'on voit Felipe Mato danser avec deux drapeaux à la main.

En résumé un spectacle pensé et sincère qui n'a laissé personne indifférent et que l'on aura plaisir à revoir dans un autre contexte. Les autres artistes (El Trini, Michele Iaccharino et Jorge Perez) se sont parfaitement prêtés au jeu, se parant de la gravité nécessaire au scénario.


Flamenco Culture, le 06/07/2011

<< Retour au reportage


© Flamenco-Culture.com 2004-2017. Tous droits réservés - Marque déposée - Contact