Sistema Tango

Ensemble de cuarto

Le festival Paris Quartier d’Eté présentait dans la Cour du Palais Royal une formation très originale : Sistema Tango, un quatuor composé par Tomas de Perrate au chant, Juan M. Jiménez au saxophone, Daniel B. Marente au piano et Bobote aux palmas, percussions et danse. Ils se présentaient pour la première fois à l’étranger et à Paris. C’est l’histoire d’une rencontre de quatre musiciens entre l’attendu et l’inattendu.

C’est d’abord une rencontre attendue entre des artistes qui se sont croisés dans la vie et sur leur parcours musical. Le chanteur Tomas de Perrate appartient à cette famille qui a donné les plus grandes voix du flamenco comme La Perrata, El Perrate, Fernanda et Bernarda de Utrera. Comme il le dit lui-même, il porte en lui cet héritage mais a aussi eu la chance de pouvoir s’ouvrir à d’autres univers musicaux. Il se reconnaît dans le tango, cette musique et ce chant à travers lesquels s’expriment des sentiments proches de ceux que le flamenco exprime, nés dans une même réaction aux difficultés de la vie. Le saxophoniste Juan M. Jiménez, originaire comme Tomas de Perrate de la ville d’Utrera, a été formé à l’école classique et au fil des rencontres et des voyages a élargi son horizon musical au Tango. Le pianiste argentin Daniel B. Marente, qui découvrit le Tango au cours des Trasnoches de Grenade s’est rapproché de Juan Jiménez. Enfin Bobote, incomparable palmero qui selon les autres membres du groupe est venu apporter sa science des rythmes bien au-delà du flamenco.

Ce spectacle est aussi une rencontre inattendue entre deux styles musicaux, rencontre impulsée par Pedro G. Romero, historien d’art, plasticien, directeur artistique des spectacles du danseur Israél Galván. A propos de cette formation, Sistema Tango, la presse rapporte ses propos : « Il se trouve que l’appellation “Système tango” désigne également un modèle économique utilisé pour la comptabilité des entreprises. Et il y a bien quelque chose d’économique dans la formule élaborée par l’ensemble Sistema Tango. Car l’économie n’est pas simplement une question d’argent, c’est aussi une façon de mettre les choses en ordre. Dans le cas présent, il s’agit d’une forme radicale d’organiser le son. ». Il n’y a pas recherche d’une fusion musicale mais d’un ordonnancement musical. Chacun des musiciens insiste sur le respect de cette versatilité musicale. L’identité musicale de chacun est respectée comme sa personnalité ; pas de fusion entre les genres. Des liens se nouent et se dénouent au fil de la musique, des équilibres se créent dans un espace de tolérance musicale. Cette rencontre porte en elle cette révolution qu’Astor Piazzolla avait introduite dans le Tango. Et pour rendre hommage à ce maître, le groupe interprète “Libertango” de Piazzolla dans une version très libérée. Le saxophoniste recherche par le souffle à rendre la respiration du bandonéon ou s’accorde avec la voix de Tomas de Perrate. Un équilibre est trouvé dans le passage du tango au compas flamenco marqué par Bobote, qui pointe les temps et contretemps déjà présents dans les tangos percussifs de Piazzolla. Le pianiste dans un tango égraine les notes comme dans une falseta de guitare flamenca. D’autres classiques du Tango sont remarquablement interprétés par le saxophoniste et le pianiste. La voix de Tomas de Perrate vient poser sur ces harmonies de très beaux textes de Borges et de Benedetti. Il interprète une version poignante de "Balada para un loco" et une de "Vuelvo al Sur" empreinte d’une très grande nostalgie.

Sistema tango nous offre aussi une composition forte. Elle prend appui sur un tango, la “Plegaria” de Bianco joué dans les camps d’extermination, alors les nazis conduisaient les juifs à la mort. Sur cette musique, d’une voix douloureuse et anxieuse, Tomas de Perrate, expire les vers de "Fugue de mort" du poète Paul Celan, interrompu seulement par des mesures jouées du "Quatuor pour la fin des temps" d’Olivier Messiaen, qui a été prisonnier de ces mêmes camps.

Le public a été atteint par ce groupe et ses interprétations musicales et lui a réservé une ovation très méritée. Cette formation nous réserve sans doute bien d’autres surprises musicales...une très belle programmation de Paris Quartier d’Eté.


Philippe Dedryver, le 31/07/2010

<< Retour au reportage


Equipe artistique

Cante: Tomas Perrate
Saxophone: Juan M. Jimenez
Piano: Daniel B. Marente
Palmas et pataita: Bobote
Direction artistique: Pedro G. Romero
Production: A Negro Producciones


© Flamenco-Culture.com 2004-2017. Tous droits réservés - Marque déposée - Contact