Rancapino et Tomatito

Un condensé d'arte gitan

Le Festival d'Ile-de-France a décidé de clôturer cette année son édition avec un concert de guitare flamenca, celle de l'illustre Tomatito qui forma un duo mythique avec Camaron de la Isla, à la mémoire de qui ce récital était justement dédié. Comme à chacune de ses apparitions parisiennes, les places se sont vendues comme des petits pains, et le concert affichait déjà complet deux semaines avant la représentation. Et les aficionados venaient parfois de loin, certains ayant même fait le déplacement depuis Bordeaux pour la journée.

Rancapino et Tomatito au Bataclan

RANCAPINO - TRENTE MINUTES D'ARTE

Les spectateurs du Bataclan ont vécu un moment rare le dimanche 9 octobre. En effet, il y avait sur la scène de ce lieu mythique qui existe depuis 1864 un cantaor beaucoup plus jeune, Rancapino, compère d'enfance de Camaron et habitué de la Venta Vargas, en première partie du concert de Tomatito. C'est Daniela Lazary, la productrice du spectacle, qui a eu cette riche idée.

flamenco-culture.comCelui que l'on surnomme "Rancapino" depuis son enfance à cause de son teint foncé arrive sur scène. Etonnamment, et pour beaucoup une déception - car le sous-titre du spectacle, "A la mémoire de Camaron", supposait le contraire - , ce n'est pas Tomatito qui l'accompagnera, mais sa seconde guitare habituelle, El Cristy. Rancapino déclare être très heureux d'être à Paris et dédier son récital "A la memoria de mi primo Camaron", avant de commencer par un sensible cante por malagueña del Mellizo auquel sa voix voilée donne une intensité d'autant plus dramatique. Ce cante, comme beaucoup d'autres, Rancapino l'a appris auprès d'Aurelio Sellés, le dépositaire direct de son supposé créateur, Enrique El Mellizo, ce qui fait de lui l'un des derniers héritiers de l'école gaditane de cante flamenco. Un récital précieux donc, que le public saura mesurer à sa juste valeur. Rancapino poursuit por fandango puis solea, le cante dans lequel il excelle le plus, avant de dédier des alegrias de Cadiz à "Uno de los cantaores mas festeros que ha dado el flamenco, y que era un peazo de artista muy grande, a mi compañero mio, a mi buen amigo, Chano Lobato, a la memoria de Chano Lobato."

Le récital ne durera pas plus de trente minutes, mais elles seront suffisantes pour laisser au cantaor le temps de distiller tout son arte, sa gracia... et son extraordinaire sens du compas dans les bulerias qui conclurent cet exceptionnel récital.

TOMATITO EGAL À LUI-MÊME

Il va falloir s'y faire, personne en Espagne n'appelle José Fernández Torres par son nom de scène, "Tomatito". Pour tous c'est "Tomate". Son dernier album, "Sonanta Suite", est une combinaison de flamenco et musique classique... Mais sur scène, point de musicien classique, c'est la formation habituelle que l'on retrouve aux côtés du guitariste : El Cristy en seconde guitare, secondé par le propre fils de Tomatito assis à sa gauche, Morenito de Illora et Simon Roman au cante, et enfin Lucky Losada aux percussions et José Maya au baile.

flamenco-culture.com

Un schéma identique aux autres concerts du guitariste avec toque solo por taranta, bulerias, tangos, courte sortie de José Maya por alegria, rumbas, bulerias, solea, et baile plus long de José Maya por Solea por Buleria, avec quelques belles variantes. Le splendide morceau "Two much" anciennement interprété avec Michel Camilo sur l'album "Spain" est cette fois exécuté par un trio de guitares composé de Tomatito, son fils et El Cristy ; c'est l'un des sommets du concert, car en plus de la touchante mélodie, le son des guitares n'est étouffé par aucune voix ni aucun instrument. Mais le rythme reprend vite les commandes, et Tomatito exécute le palo qui lui correspond le mieux, la buleria ; et là, comme au Cirque d'Hiver, comme au Théâtre de Chaillot et même à la Salle Pleyel, je défie quiconque de rester immobile sur son siège, car quand Tomatito joue por Buleria, c'est toute une salle qui se met à bouger pour suivre le rythme insufflé par ses rasgueos.

flamenco-culture.comInutile de préciser qu'une bonne partie du public était constitué des élèves du "parisino" José Maya comme le présente Tomatito au public. En effet, le bailaor madrilène s'est installé l'an dernier à Paris où il dispense à l'année des cours de flamenco organisés par l'association "La Rose Flamenca". Il y restera à priori jusqu'en juin si ses obligations professionnelles le lui permettent.

Après un concert d'une durée peut-être un peu excessive, une magnifique fin de fiesta réunit sur scène Rancapino et Tomatito.

N'ayant pas pu réaliser l'interview de Rancapino avant le concert, le cantaor m'a donné rendez-vous au restaurant où les artistes sont allés sitôt le spectacle terminé, et personne parmi les chanceux à avoir été présents ne me contredira, nous y avons vécu, grâce à la générosité du maestro Rancapino, de véritables moments de duende, notamment lorsque Rancapino chanta por solea accompagné par la guitare de Tomatito.

flamenco-culture.com

Flamenco Culture, le 09/10/2011


© Flamenco-Culture.com 2004-2017. Tous droits réservés - Marque déposée - Contact