Concha Jareño

Algo est un spectacle autobiographique

La talentueuse bailaora et bailarina Concha Jareño présente ce soir son spectacle Algo à la Biennale. L'occasion de rencontrer cette artiste dont nous avions particulièrement apprécié la prestation au Festival de Jerez en 2009.


Tu as présenté le spectacle "Algo" il y a déjà deux ans. Comment penses-tu que le spectacle a évolué depuis ?

En fait je pense que le spectacle n'a pas évolué et continue à être le même, mais il y a une chose inévitable, c'est que moi j'ai évolué et cela se reflète dans le spectacle.

Que souhaites-tu transmettre au public avec ce spectacle ?

Comme c'est mon premier spectacle conceptuel je pense que j'y ai représenté beaucoup de mes expériences vécues. Par exemple la première pièce "Fugaz" est une scène assez dure dans laquelle je souhaite transmettre les sentiments que l'on ressent lors de la perte d'un être cher, c'est quelque chose que j'ai vécu et qui m'a marquée pour toute la vie. Le dernier tableau qui donne le nom au spectacle est aussi autobiographique. J'essaye d'y transmettre toute la lutte interne que j'ai vécue du fait de ne pas avoir confiance en moi. Je pense que ça arrive à la majorité des gens, qui pensent qu'ils ne sont pas capables de faire certaines choses et pour cela ne franchissent pas les barrières.

Que signifie pour toi présenter "Algo" à la Biennale de Séville ?

Que répondre... Je n'ai jamais participé à la Biennale auparavant. Je n'ai jamais travaillé avec une autre compagnie ici. Alors venir à la Biennale pour la première fois et en plus avec mon propre spectacle est une immense satisfaction !

Comment te vois-tu dans le flamenco actuel, quel type de bailaora penses-tu être ?

Je pense que je suis une bailaora d'une seule pièce, je fais ce que me demande mon corps et donc je pense que mon style est peut-être différent mais en même temps je pense que la tradition m'accompagne toujours.

Que t'a apporté le prix d'Arte Flamenco de Córdoba?

Je pense que les gens font un peu plus attention à toi mais au final la lutte est dans le quotidien et la capacité à évoluer et grandir.

Quels sont tes prochaines étapes ? As-tu des projets en vue ?

J'ai un nouveau spectacle en projet (presque terminé), même si je dois reconnaître que ça me coûte plus que je ne pensais de le lancer car je n'ai aucune aide économique, et moi tout seule... c'est difficile.

Vers où penses-tu que se dirige le flamenco ?

J'espère que l'évolution créatrice de chacun des artistes nous amène vers un art sans barrières ni couleurs. EVOLUTION!

Avec quel artiste actuel, flamenco ou non, aimerais-tu travailler ?

J'aimerais que Jiri Kyliam me dirige et danser avec Israel Galván.

Quelle proportion de Yolanda Heredia ou de La China y-a-t-il dans la Concha Jareño d'aujourd'hui ?

Yolanda Heredia m'a appris toute la technique de la bata de cola, ensuite je me la suis appropriée à ma façon. Avec La China j'ai appris à freiner les plantas et à ne pas courir dans le compas, c'est une maestra très dure mais parfois c'est bien et nécessaire.

Merci beaucoup et bonne chance.

Javier Prieto, le 28/09/2010

<< Retour au reportage


© Flamenco-Culture.com 2004-2017. Tous droits réservés - Marque déposée - Contact