Mario

La Guarida del Angel est un lieu magique

Cette année le Festival de Jerez a laissé une grande part au festival off en présentant seulement deux spectacles par soir en semaine. Cela ne fut pas pour déplaire aux festivaliers pour qui la Guarida del Angel avait concocté une programmation particulièrement alléchante, avec notamment la venue du grand Manuel Agujetas. Par ailleurs c'était aussi à la Guarida qu'était hébergé cette année le colmao, où ont l'habitude de se terminer les soirées du festival. Nous avons donc tenu à rencontrer Mario, le très sympathique gérant de ce lieu, devenu incontournable pour les flamencos de Jerez, qui s'appelait à l'origine Duende Copas. Alors que la fête bat son plein à l'étage au dessus à une heure avancée de la nuit, voici la très belle interview que nous a accordée Mario à lire ci-dessous.

Mario Guarida

Mario, pourquoi avoir rebaptisé ce lieu "La Guarida del Angel" ?

C'était il y a quinze ans en l'an 2000 avec deux amis que nous avons ouvert ce lieu, et j'ai toujours voulu que dans le nom de cette maison il y ait le mot "Angel", j'ai toujours eu cette idée en tête... pour que tout le monde ressente en entrant dans ce lieu que c'est un endroit spécial. Je suis amoureux de ce lieu, je ne sais pas, il a une énergie, il a quelque chose de spécial. Donc ce devait être un nom avec Angel. J'en ai parlé avec mes amis et tous ont apporté leurs idées, et un jour alors que nous avions fini de ranger et que nous rentrions chez nous, l'un d'eux m'a dit - car nous parlions par mail et par whatsapp - "Moi j'aime bien La Guarida". Alors je lui ai répondu "Oui, mais ça doit être avec Angel". Et un troisième qui participait à la conversation a dit "Alors, la Guarida del Angel". C'est ainsi qu'est venu ce nom.
Ndlr : la Guarida del Angel peut être traduit comme l'abri de l'ange.

Cette année la programmation flamenca à la Guarida est vraiment très intéressante...

Oui j'en ai parlé avec des amis à toi et avec des aficionados qui nous félicitent car c'est vrai que cette année nous avons réussi à réaliser une programmation très exigente, avec de très grands artistes. Je n'ai jamais pensé en arriver là, sincèrement. C'est la quatrième année que nous faisons cela, mais sans aucune prétention que cela dure quatre, cinq ou dix ans. Nous faisons cela au jour le jour et profitons de notre travail et du flamenco qui est ce qui nous plaît.

Quelle est ta relation avec le flamenco ?

Le flamenco me vient de mon père. Mon père était un bon aficionado au flamenco et quand j'étais petit on écoutait des cassettes de flamenco à la maison et dans la voiture lorsque l'on voyageait. Mais honnêtement je n'aimais pas ça. Quand tu es enfant tu as d'autres goûts musicaux... j'aimais le rock 'n roll, j'aimais une musique plus alternative, pas le flamenco aussi "rancio" et "puro" qu'avait mon père.

Ensuite ma femme, Anabel Rosado, est cantaora. Son oncle, Domingo Rosado, est un flamencologue d'ici de Jerez, et son père Juan Rosado est le fondateur de la peña La Buleria avec Domingo. Domingo avec son savoir du flamenco a parcouru toutes les peñas d'Espagne avec son appareil photo et son enregistreur, il a des documentaires incroyables sur des cantaores. Et donc avec elle j'ai commencé à comprendre le flamenco. Je pense que le flamenco est quelque chose dans lequel on doit entrer petit à petit, et c'est comme cela que j'ai appris à l'aimer.

Que penses-tu du concert d'hier ? (ndlr : le récital de Manuel Agujetas)

Le concert d'hier, j'en parlais aussi avec une amie journaliste, je ne réalise pas, sincèrement. Je pense que quand le festival sera fini et que je serai à la maison, je pourrai réaliser ce qu'il s'est passé hier. C'est comme toucher le ciel dans le flamenco. En plus Manuel hier fut génial. Nous l'avons entendu à d'autres occasions, au Teatro Villamarta, sur des grandes scènes... mais je crois que ce lieu est magique. Paquete aussi me l'a dit.[...] Et Manuel hier je pense que les anges étaient avec lui. Il a commencé il était un peu froid et ensuite il s'est chauffé la voix et la seconde siguiriya fut quelque chose que ceux qui étaient présents n'oublieront jamais. La façon dont il a chanté, dont il a transmis... je regardais les gens et je voyais dans leurs yeux que ce moment allait rester gravé. Il était interdit de filmer et de prendre des photos mais c'est comme si nous étions tous en train d'enregistrer dans notre esprit ces moments, pour que jamais ils ne s'en aillent.

Durant l'année en dehors du festival, y-a-t-il aussi du flamenco programmé à la Guarida ?

Oui, nous avons des tablaos flamencos tous les jours durant le festival car c'est facile de remplir la salle à la ce moment-là, mais ensuite c'est parfois plus compliqué. Mais nous fonctionnons comme un tablao flamenco tous les jours, et les fins de semaine nous programmons des artistes de haut niveau, toujours de flamenco. Nous avons aussi un projet pour les guitares, car à Jerez nous avons les meilleurs guitaristes du monde. Il y a une génération de guitaristes... je ne veux pas donner de nom car certainement je vais en oublier un, mais nous les connaissons tous. Je voudrais leur donner une place pour les vingt ans du festival que nous fêterons l'an prochain. Je veux faire une programmation avec plus de place pour la guitare, faire un festival Off un peu plus centré sur la guitare.

Souhaites-tu ajouter quelque chose ?

La Guarida del Angel est une demeure, un palace du XVIIème siècle dans le centre historique de Jerez, elle a son histoire, et je crois que c'est pour cela que ces murs ont cette magie et renferment beaucoup de choses. Ici il s'est passé beaucoup de choses. Et cette énergie positive, ce duende et cet ange sont toujours là, et c'est ce qu'adorent les personnes qui viennent ici et qui visitent cet endroit. Il s'agit d'une initiative privée comme tu le sais. Nous n'avons pas d'investisseurs ni de subventions, mais nous aimerions bien, alors j'en profite si jamais quelqu'un qui aime le flamenco souhaite collaborer avec nous nous en serions enchantés, car sincèrement nous avons toujours besoin d'aide, non seulement économique mais aussi technique, pour nous permettre de faire du meilleur travail. Je voudrais aussi remercier Manuel qui a été la tête d'affiche du programme de l'année 2015, et à tous les grands artistes qui ont fait partie de cette programmation, car s'il ne s'étaient pas adaptés aux difficultés économiques et techniques dûes au fait que c'est une petite salle cela n'aurait pas été possible. C'est grâce aussi à notre travail, nos efforts et notre amour que cela est possible. Merci à tous.


Flamenco Culture, le 01/03/2015

© Flamenco-Culture.com 2004-2017. Tous droits réservés - Marque déposée - Contact